Photo : Délifrance

Pour accompagner son développement sur le prêt-à-cuire surgelé, l’industriel a renforcé son site drômois d’une quatrième ligne, avec une capacité d’environ 1,5 million de viennoiseries par jour !

Colossal ! C’est le terme le plus adéquat pour qualifier le ressenti du visiteur au sortir de la visite du site de Délifrance, à Romans-sur-Isère dans la Drôme. L’entreprise du Groupe Vivescia vient en effet d’implanter une quatrième ligne, qui atteint de nouveaux sommets en matière de capacité de production. Des chiffres qui donneraient presque le vertige, à commencer par l’investissement de 30 millions d’€ que Délifrance a injecté pour se doter d’une quatrième ligne, à même de produire 1,5 million de viennoiseries par jour sur la technologie du prêt-à-cuire. Soit près 25 000 tonnes de capacité production annuelle supplémentaire, qui viennent ainsi s’ajouter aux 50 000 tonnes produites par les trois lignes que comptait déjà l’usine. Et au passage 70 emplois supplémentaires, sur un total de 360 personnes sur Romans. Au final, ce chantier d’envergure réparti sur 8 000 m2, aura mobilisé, pendant près de 10 mois, 450 personnes et 82 partenaires prestataires et fournisseurs. Mais l’enjeu est de taille pour Délifrance : en progression depuis plus de 10 ans, le marché de la viennoiserie poursuit sur sa lancée avec une croissance annuelle d’environ + 5 % en moyenne en Europe*. Dans le détail, la progression est de l’ordre de 4 % pour le prêt à cuire surgelé (54 % du marché) et atteint même 6 % pour le cuit surgelé (15 % du marché). À l’export, l’Asie et l’Amérique du Nord sont les deux zones les plus dynamiques en termes de croissance.

Une ligne puissante mais aussi polyvalente

Outre sa capacité, la nouvelle ligne high-tech se démarque aussi par sa polyvalence. Elle est capable de produire aussi bien des viennoiseries classiques tels que croissants et pains au chocolat ou des produits plus « techniques » comme les croissants fourrés, très prisés en Europe du Sud et bénéficiant encore d’un fort potentiel de développement. La ligne comprend des équipements spécifiquement conçus pour faciliter les changements rapides de format et de produits, et limiter ainsi les perturbations associées. Elle est en outre aussi dotée de moteurs électriques économes en énergie et dispose de dispositifs de récupération d’énergie et de pompes à chaleur.

Centraliser les compétences

La construction de cette quatrième ligne répond donc à un double objectif pour Délifrance. Déjà disposer bien sûr d’outils à la hauteur de la demande pour gagner en qualité tout en restant compétitif sur le coût de production. Mais c’est aussi centraliser les compétences dans les métiers de viennoiserie. « Nous voulions disposer d’un pôle d’excellence unique de la viennoiserie, à vocation internationale, pour servir à la fois l’Europe du Nord et du Sud, mais aussi l’Asie et l’Amérique du Nord »  explique Arnaud Carré, directeur du site de Romans. De son côté, Didier Demailly, le directeur technique de Délifrance, évoque la présence sur site de la cellule en charge du développement produit dédié à la viennoiserie. « Ces équipes savent aussi accompagner l’industrialisation de ces produits sur les lignes de production ».

Avec 760 millions d’euros de chiffre d’affaires**, réalisés à près de 80 % à l’international, Délifrance se positionne comme l’un des leaders européens du marché de la BVP. Et Romans devrait lui permettre de renforcer encore un peu plus ses positions, en particulier sur le prêt-à-cuire, comme l’indique Ian Dobbie, le directeur général de Délifrance. « Plus de capacité et plus de flexibilité, c’est aussi plus de sérénité pour nos clients. Et le nouveau visage de Romans nous permet d’être encore plus compétitifs et de développer avec confiance notre offre sur des marchés haut de gamme à l’échelle internationale. »

(*) :  Source GIRA origine fabricant. Répartion technologique du marché de la viennoiserie : prêt-à-cuire : 54 % - Prêt à pousser : 29 % - Cuit : 15 %.

(** ) : au 30 juin 2018