Au final, le surgelé salé voit ses volumes comme son nombre d’UVC chuter de 7 % en 2022. Pour autant, l’année semble se conclure sur une note positive avec les fêtes de fin d’année.

Le baromètre IRI - Le Monde du Surgelé présente un bilan des ventes de surgelés et glaces en circuits HM + SM + EDMP + PROXI + DRIVE arrêté cette fois au 1er janvier 2023. Le bilan de cette dernière période de l’année 2022 reste dans la continuité des résultats observés depuis la rentrée, à savoir une forte inflation des prix qui touche l’ensemble des secteurs de consommation, au détriment des volumes. Au final, on observe sur l’année 2022 un repli des volumes sur le salé avoisinant 7 %, pour un chiffre d’affaires des ventes quasi stable (+ 0,8 %), avec l’inflation des prix. La baisse des volumes se ressent sur la globalité des segments du salé, mais avec en outre une chute très nette sur les pizzas. In fine, la catégorie des pizzas voit son chiffre d’affaires dévisser de 20 % sur 2022 (preuve que l’affaire Buitoni aura durablement impacté le marché). Signe autrement plus positif, la période des fêtes de fin d’année semble avoir été plutôt bonne pour les ventes de surgelés en grandes et moyennes surfaces, aux dires du syndicat des EGS. Est-ce que cela sous-entend qu’on observe déjà des reports d’achats des consommateurs d’autres rayons au profit du surgelé, véhiculant une image prix plus accessible dans ce contexte ? Et surtout est-ce que cette tendance va se poursuivre en 2023, sur un marché de l’alimentaire qui va connaître une grosse flambée des prix, concentrant sur le seul mois de mars l’équivalent de la hausse cumulée sur 9 mois ? C’est la grande interrogation du moment.

Une belle progression sur les glaces

Scénario inversé sur le surgelé sucré. Après une période estivale historique pour les glaces, le marché termine l’année avec des volumes et un nombre d’UVC vendues en hausse de 7 % par rapport à 2021, pour un CA des ventes en hausse de 12 %. Dans le détail, on notera la nouvelle progression de l’individuel, qui progresse deux à trois plus que le vrac. Pour en revenir au marché global, on notera enfin que la part des produits à marque distributeur s’établit en CAM à 47 % tous produits confondus. Mais sur les trois derniers mois, elle avoisine les 52 %. Une hausse qui devrait en toute logique se poursuivre dans les prochains mois, en réaction au contexte actuel.

MDS-BAROIRI-P12-2022-web.jpg

Rappel grille de lecture :

P12 décembre : l’évolution sur la période en comparaison avec la période de l’année dernière (vs P12 2021).

Dernier trimestre : l’évolution sur les trois derniers mois en comparaison avec les trois mêmes périodes sur l’année dernière (Dernier trimestre à P12 2022).

Cumul annuel mobile (CAM) : l’évolution sur une année mobile arrêtée ici à la P12 2022.

">